Rappel Charte des Voyages

                                                                                                                       

 

 

 

Mesdames, Messieurs, chers Collègues,

 

Conformément à la charte des voyages scolaires de l’établissement qui stipule expressément à son article 5 : « Un élève ne peut pas s’absenter des cours au-delà de cinq jours ouvrés en raison de sa participation à des voyages », je vous rappelle qu’il n’est pas possible qu’un élève participe à la fois à un voyage scolaire à l’étranger et au séjour au ski organisé par l’Association sportive.

 

En ce qui concerne plus spécifiquement les élèves de Troisième, il est précisé que la participation à un voyage à l’étranger peut être valorisée dans le dossier de l’élève pour le DNB, comme support de l’épreuve orale par exemple, ainsi que dans le cadre du Livret scolaire unique au titre des parcours Culturel, Avenir et Citoyen.

 

En conséquence, les élèves qui se sont inscrits à un voyage à l’étranger n’auront pas l’autorisation de participer au séjour au ski.

 

Certain que vous aurez compris les enjeux de ce rappel, je vous remercie de veiller à la stricte observation de cette consigne.

 

 

 

 

                                                                       Le Principal

 

 

 

 

                                                                       Philippe ADJUTOR

STATIONNEMENT DES DEUX ROUES PARKING ELEVES

Les 2 roues motorisés ou non, dès lors qu'ils représentent une valeur commerciale ou un intérêt quelconque, deviennent des objets de convoitise pour les individus malhonnêtes.

Deux élèves ont été victimes des agissements de ce genre de personnages peu recommandables et se sont vus subtiliser leurs vélos dans le parking qui est mis à leur disposition dans le collège.

Je partage leur désarroi et leur colère, toutefois je me permets de rappeler à tous les termes du règlement intérieur au sujet des vols qui pourraient être commis au sein de l'établissement. Je ne me désintéresse pas de ces  situations pénibles lorsqu'elles se produisent mais  je ne peux pas en assumer la responsabilité pénale et civile (cf article 6 page 6 du R.I "garage à vélos."

Ce matin une rapide visite du lieu révèle que sur 52 bicyclettes 3 n'étaient pas sécurisées par un antivol, quant au 49 autres, aucun des antivols utilisés n'aurait pu résister plus de 40 secondes à une banale perceuse à main ou à une bonne pince coupante (matériel employé par les voleurs)

J'autorise bien volontiers les élèves qui le souhaitent à laisser sur place un antivol sérieux (environ 40 euros : chaine ou cadenas) qui sécuriserait bien davantage leur bien et ferait à coup sûr échec à toute tentative de vol. Sur ce point, il est utile de se poser la question sur la valeur du vélo et la dépense que l'on est prêt à consentir pour en assurer la sécurité, sachant que la plupart des vélos ne sont pas assurés contre le vol. Un vélo de 400 euros voire plus qui disparaît, c'est une perte sèche pour la famille de 400 euros. Consentir 10% de la valeur du bien parfois beaucoup moins n'est-ce-pas une solution à priviégier?

A toutes fins utiles le dernier vol de vélo remonte à mai 2014. Il faut certes prendre le problème au sérieux mais ne pas en amplifier l'impact au point d'en déduire que le phénomène est récurrent dans l'établissement.

Je vous remercie de votre attention et de votre compréhension.

Le Principal 

R. KOUBBI

Sous-catégories